Coraly | Regard d’Expert : la gestion des stocks par un ERP. [3 min]

La gestion de votre stock est un facteur-clé de performance pour votre entreprise. En tant que fabricants, entreprises issues des métiers de la manufacture, vous avez besoin d’un nombre de pièces important pour construire vos produits. En parallèle vous avez un équilibre financier à respecter qui impacte directement votre faculté à répondre aux commandes de vos clients.
Qu’est-ce que la gestion des stocks ?
Contrôle, supervision, inventaire, stockage, gestion des quantités, coût, déchets… Voici déjà un ensemble de caractéristiques propres à la gestion des stocks. Une bonne gestion des stocks se place au cœur de votre production et vous permet de gagner :
En visibilité — vous savez à tout moment si tel produit est encore en stock et en quelle quantité ;
En temps — en cas de stock insuffisant, vous êtes alerté qu’il est temps de passer commande ;
En qualité de service— finies les ruptures de stock et les clients insatisfaits !
Dans ce 2ème numéro de « Regard d’expert », nous donnons la parole à Mathieu Blanc, Consultant PMI pour Coraly By le Groupe Althays. Il tâchera de vous faire un état des lieux de la gestion des stocks et met son expérience à profit afin que vous obteniez une vision passée, présente et future de la gestion des stocks.

Avant l’apparition des ERP de gestion des stocks comment faisait-on ?

Avant l’apparition des outils de gestion des stocks les entreprises possédaient généralement plusieurs systèmes d’information au sein desquels n’existaient pas forcément d’interfaces informatiques. Ainsi, il était nécessaire, la plupart du temps, de saisir plusieurs fois les mêmes informations, au risque de générer des erreurs ou des incohérences.
Le stock a un rôle complexe pour l’ensemble des entreprises industrielles et commerciales. Il permet de réguler le processus de production et d’éviter ainsi des ruptures de chaîne. Mais il implique une somme financière à immobiliser ainsi que de l’espace de stockage en attendant qu’il soit consommé. Le 1er outil à voir le jour est conçu par l’ingénieur Joseph Orlicky. Il met en œuvre le MRP (Materials Resources Planning) qui répond au besoin profond des entreprises d’obtenir des solutions de planification. Le 1er utilisateur d’un tel système est TOYOTA. Il s’agit à l’époque d’un système destiné uniquement aux unités de production, ce qui restreint une entreprise dans ses champs d’opération. Hormis le coût, l’autre inconvénient est son utilisation qui nécessite un niveau d’expertise très élevé Contrairement à ce qu’est en mesure d’offrir un ERP actuel.
En 1990 nous assistons à la naissance d’une nouvelle notion : l’ERP qui se propage comme une trainée de poudre et embarque dans son champs opérationnel l’ensemble des services d’une Entreprise en 1 outil : le marketing, la gestion des stocks, le transport, la logistique, les ressources humaines, la gestion financière, etc. Avec l’avènement d’internet dans les années 2000, le déploiement de l’ERP se généralise et offre l’ERP tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Actuellement, comment sont gérés les stocks ?

Les fonctionnalités que l’on retrouve aujourd’hui dans la plupart des ERP permettent de répondre à ce besoin d’anticipation et d’optimisation que recherchent les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité.
Dans une logique MRP II, l’intégration des prévisions de vente ou des stocks minimums dans le système permettent de sécuriser la demande client, c’est-à-dire le début de la chaîne. Le plan industriel et commercial est ainsi optimisé et le calcul des besoins nets qui en découle permet de faire remonter précisément les besoins et d’automatiser la génération des commandes d’achat avec l’intégration des tarifications fournisseurs associées.
Mais le principe va même plus loin que cette notion ô combien importante d’optimisation des achats. Réguler son stock permet in fine d’acheter plus juste, au meilleur moment et donc de structurer son système de production pour optimiser les charges et la planification des ateliers. C’est la raison pour laquelle un ERP inclue l’ensemble de fonctionnalités métiers qui sont utilisées dans les entreprises : flux d’achats, dépôts, emplacements, calcul des besoins, traçabilité, délais de réapprovisionnement, calcul de faisabilité, etc.
L’objectif étant de toujours d’apporter un maximum de visibilité aux utilisateurs et ainsi d’anticiper la moindre dérégulation de la chaîne.

Et demain ? Quelles sont les tendances qui se dégagent, que l’on peut sentir venir et qui auront un important impact sur la façon de gérer les stocks ?

Il y a deux axes d’amélioration sur lequel un ERP va se diriger.
Le 1er est de nature fonctionnelle. Je m’explique : le flux global sera interconnecté entre l’ensemble des entreprises qu’elles soient fournisseur ou clients. C’est ce que l’on appelle le concept de Supply Chain. Ce concept reposera sur la faculté aux ERP de pouvoir étendre leurs fonctionnalités au-delà des frontières physiques de l’’entreprise.
Le deuxième axe est plus technologique avec l’intégration des ERP dans le SaaS qui permettra de faire fonctionner l’ERP sur des serveurs distants plutôt que sur la machine de l’utilisateur. Cela permettra de sécuriser les échanges de données et ainsi de faciliter les échanges de données entre les différents acteurs.

Des questions sur la gestion des stocks ?